Au petit matin du 7 et 8 avril, le gel a frappé le vignoble girondin.

victoria-hardina-photo-gel-gironde


 
A 5h30, le 7 avril 2021, il fait moins 3 degrés. Le froid pique les doigts. On se souvient des terribles gelées d’avril 1991 et de celles de 2017.


Durant deux nuits, des vignerons des Blaye Côtes de Bordeaux  et Bordeaux ont essayé de lutter contre ce fléau redouté, le gel. Pour cela, plusieurs techniques existent .En Haute Gironde il s’agit surtout d’allumer des feux aux bottes de paille disposés  en bout de rangs de vigne juste avant l’apparition des premiers rayons de soleils.

En conséquence, en début de matinée, une fumée était observable dans toute la région et même au dessus de Bordeaux. 


Si elle est un peu moins précoce que l’an dernier, partout la vigne a débourré. Les feuilles sont sorties, et même parfois des bouts de grappes pointent au cœur du bourgeon. Après le gel, il y aura peut-être la grêle puis le mildiou.

Photos réalisées par Victoria Hardina

Pourquoi ces gels printaniers sont-ils si dévastateurs?

Parce-que les bourgeons sont au stade pleine-fleur et sont donc très sensibles. Ils tiennent jusqu’à des températures de -2°C mais à certains endroits on est descendus à -5°. On a même relevé -7°, dans certaines zones de la Gironde. Les cellules du bourgeon claquent. Quelques heures plus tard, la vigne est désséchée.

Particularité de ces épisodes de gel: leur durée.

Effectif à 23 heures le soir et se prolongeant jusqu’à 8 heures le lendemain, quand d’ordinaire ils se concentrent sur 2 ou 3 heures au petit matin. Résultat, les systèmes de réchauffement de l’air ont été moins efficaces. Et ce, alors que l’équipement est très cher: 3 000 € par hectare et par nuit pour les bougies au sol.

Rodolphe URBS

Comment lutter contre le gel? 

Les pratiques traditionnelles consistent à brûler dans les braseros d’énormes bougies de cire disposées tous les dix mètres ou mettre le feu à des rouleaux de paille ou de foin aux quatre coins d’une parcelle, la fumée faisant écran au gel. 

Pour l’éolienne thermique, une fois installée, il suffit de la faire tourner toute la nuit pour sauver le vignoble sur cinq hectares. Cela dépend évidemment de la vigueur de la gelée. Jusqu’à moins 2 degrés, c’est jouable.  

L’hélicoptère. La méthode consiste à rabattre sur les vignes l’air plus chaud situé à une quinzaine de mètres de hauteur. Les hélicoptères jouent le rôle de ventilateurs géants. 

Pour conclure, il est clair qu’à -7° , aucun système ne peut être efficace.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s